Mettre en place les boucles de rétro-action avec les FAI

Il est en général préférable de confier la partie technique liée à  l’envoi de ses newsletters à  une société spécialisée, car la quantité de choses à  prendre en compte pour avoir une délivrabilité optimale en fonction de son type d’envois est importante.

Mais parfois certains envois restent en interne dans les sociétés car il serait trop couteux en temps de changer un processus complexe. Dans ce cas il est judicieux de mettre en place le « minimum vital » du point de vue de la délivrabilité. Les boucles de rétroactions proposées par certains FAI en font partie.Avant de poursuivre, je précise que cet article ne vous concerne que si vous êtes le seul à  utilise votre ou vos adresses IP (ce qui n’est pas le cas pour les hébergements mutualisés). Dans certains cas le contact technique du « propriétaire » de l’adresse IP doit confirmer votre demande, il faut donc que vous ayez un moyen pour le joindre pour qu’il prête attention au mails de confirmation des FAI qu’il va recevoir (pas évident chez les très gros hébergeurs). Pour voir qui est propriétaire et quels contacs sont associés à  vos IP, rendrez vous sur le site du RIPE si vous IP sont en europe.

Une boucle de rétro-action ou ARF feedback loop en anglais, ARF étant les initiales de Abuse Reporting Format (un standart en matière de report de spam) par email, sert à  recevoir de la part des FAI en proposant la copie des emails (avec les headers) émanant de votre ou vos IP et pour lesquels un internaute a cliqué sur le bouton « signaler comme spam » dans son webmail.

Dans certains cas l’adresse email du destinataire est masquée dans le rapport, c’est pour cela qu’il est important de pouvoir déterminer l’adresse email du destinataire « autrement ». Par exemple grace à  des identifiants dans le lien de désinscription, dans les liens ou dans l’image de tracking ou directemet dans un champs personnalisé dans les en-têtes du message (un champ contenant un identifiant, pas l’email, il serait masqué également ;-)).

Voici un exemple de rapport envoyée par Hotmail. Vous noterez que le format ARF est des plus simplistes … Il ne s’agit que d’un email contenant le message d’origine et ses headers, biens séparés. (Dans le vrai il n’y a pas d’étoiles.)

–78E447B2-451D-4C28-B1CB-
F0439774E936
Content-Type: message/rfc822
Content-Disposition: inline
X-HmXmrOriginalRecipient: lamifa-***@hotmail.fr
X-Reporter-IP: 77.202.51.***
X-Message-Delivery: Vj0xLjE7dXM9MDtsPTA7YT0wO0Q9MTtTQ0w9MQ==
X-Message-Status: n:0
X-SID-PRA: *** consommateurs <***-22211@***.com>
X-SID-Result: Pass
X-Message-Info: JGTYoYF78jFYKeD5akHsmxEmXAMTFOGZS74vBXgFR/Gfa6FGno8VDWFsaRwCn6xNs4/kmauCvMuOwlMHaEzq8gPUWA7FcpWK
Received: from smtp588.***.com ([81.***.255.***]) by SNT0-MC3-F42.Snt0.hotmail.com with Microsoft SMTPSVC(6.0.3790.3959);
Mon, 3 Aug 2009 08:59:06 -0700
Date: Mon, 3 Aug 2009 17:59:05 +0200
Return-Path: ***-22211@***.com
To: « lamifa-***@hotmail.fr » <lamifa-***@hotmail.fr>
From: 60 millions de consommateurs <***-22211@***.com>
Reply-to: 60 millions de consommateurs <webmaster@***.fr>
Subject: =?iso-8859-1?Q?Nouveau_:_La_version_num=E9rique_du_magazine_disponible_su?=
=?iso-8859-1?Q?r_le_site_de_***?=
Message-ID: <h4b63fa5a95.4d69f05e96@srv459>
X-Priority: 3
X-Mailer: PHPMailer (phpmailer.codeworxtech.com) [version 2.3]
X-MDW-MemberId: h4b63fa5a95$
X-MDW-opeId: 22211$
X-Abuse-Contact: abuse@***.com
X-Abuse-Info: Please forward a copy of all headers for proper handling
MIME-Version: 1.0
Content-Transfer-Encoding: 8bit
Content-Type: text/html; charset= »iso-8859-1″
X-OriginalArrivalTime: 03 Aug 2009 15:59:06.0923 (UTC) FILETIME=[54B157B0:01CA1453]
<!DOCTYPE HTML PUBLIC « -//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN » « http://www.w3.org/TR/html4/loose.dtd« >
<html>
<head><style type= »text/css »>
a {text-decoration:none}
a:hover {text-decoration:underline}
.souligner {text-decoration:underline}

a:hover.souligner {text-decoration:none}
<!–
.Style5 {
font-size: 18px;
font-weight: bold;
}
.Style8 {font-size: 16px}
complaint about message from 81.***.255.***
<body  >
<table width= »100% » height= »1″ border= »0″ cellpadding= »0″ cellspacing= »0″><tr><td><img src= »*** » width= »1″ height= »1″></td></tr></table>
[***]

–></style></head>

Une fois la demande de boucle de rétro-action acceptée et mise en place pour le FAI, vous avez l’obligation de prendre en compte chaque rapport et de désinscrire l’internaute de votre liste de diffusion. Il convient donc de mettre en place un traitement automatique pour tous les rapports reà§us.
Voici donc une liste minimaliste des boucles de rétro-action à  mettre en place impérativement afin améliorer sa délivrabilité chez les FAI respectifs. Ces FAI sont le minimum à  prendre en compte, car la quasi-totalité des fichiers de destinataires d’une newsletter contiennent des emails d’internautes chez ces FAI.
  • AOL
  • Hotmail / Microsoft
  • Yahoo
Vous noterez que tous les FAI « importants » ne sont pas représentés, tout simplement cas tous ne proposent pas un tel dispositif.
Ensuite, suivant si ces FAI sont représentés dans vos fichiers, les boucles suivantes sont intéressantes :
  • mail.com
  • signal-spam (payante, mais représente un nombre significatif et en constante évolution d’internautes franà§ais)