Campagnes emailing : 5 conseils pour rédiger de bons messages

Quelques règles simples permettant d’améliorer sensiblement le rendement de vos campagnes emailing.

1 message = 1 thème

Il est important de se focaliser sur un seul message à faire passer dans un email. Cela évite à l’internaute de se perdre dans une masse d’information et pour finir d’effacer votre message. Le message idéal ne doit aborder qu’un seul thème et ce thème doit être mis en avant dans l’objet du message. L’internaute va lire en premier les premières lignes de votre message (premier quart), et arrêtera le plus souvent sa lecture si il n’y trouve pas son intérêt.

Cette règle est à assouplir dans le cadre d’une newsletter régulière. Une newsletter pourra comporter en moyenne 3 ou 4 thèmes, sans toutefois être trop longue. Il est possible de ne mettre que les introductions de chaque articles et d’inciter l’internaute à aller lire la suite sur le site (d’ailleurs dans ce cas les statistiques vous montreront quels sont les articles / pages les plus consultés via la newsletter.).

Soigner l’objet

L’objet du message est une des plus grosses difficultés lors de la réalisation d’un message destiné à une campagne emailing. Il ne doit pas être :

  • trop publicitaire (« Recevez 100 cartes de visites gratuites », « Un cadeau pour vous dans ce mail »)
  • trop long
  • banal ou trop souvent vu (« Demande de rendez-vous », « La mode à petits prix », « Profitez de nos bons plans »)
  • mensonger (« Re: demande de devis » – un objet trompant l’internaute sur le véritable contenu du message, va certes maximiser l’ouverture, mais la plupart des internautes, frustrés, n’accorderons aucune confiance à ce que vous proposez)

L’objet doit au contraire être concis et exposer simplement ce que l’internaute va trouver dans le message ou en quoi cela peut l’intéresser. Une technique intéressant consiste à personnaliser ce texte avec le nom du destinataire ou de son entreprise pour attirer son attention. Cela fait moins « mass-mailing » et suggère à l’internaute que vous lui envoyez un message destiné à lui personnellement.

Dans la mesure du possible, il peut être intéressant d’utiliser son propre prénom / nom comme nom de l’expéditeur, plutôt que le nom de l’entreprise (sauf si bien sûr la société est connue des destinataires ou très renommée auquel cas c’est plutôt un gage de crédibilité).

N’oubliez pas que l’internaute, rien qu’en regardant l’objet et l’expéditeur du message, va décider en moyenne en moins de 2 secondes s’il va ouvrir votre message ou le supprimer.

Déclencher l’étape suivante

Il ne faut pas hésiter à indiquer clairement ce que l’on attend de l’internaute :

  • visiter le site internet
  • s’inscrire à une newsletter
  • laisser ses coordonnées pour recevoir des informations complémentaires
  • être contacter par un conseiller
  • acheter

Ces incitations à passer à l’étape suivante doivent être bien mises en avant dans le message, dès le début et plusieurs fois.

L’aspect graphique du message

L’expérience montre que parfois un message au format texte, ressemblant à une lettre écrite dans outlook « à la main », adressée personnellement à l’internaute et signé d’une personne physique donne de bons résultats.

Néanmoins un message bien conçu graphiquement, rappelant l’identité visuelle de l’entreprise et agréable à regarder présente des avantages. D’une part un bon template personnalisé donne un aspect plus pro à un message. Cela vous démarque des messages créés à la va-vite ou utilisant des templates gratuits déjà souvent rencontrés. D’autre part les internautes finissent par identifier l’aspect visuel des message à votre entreprises, mémorisent son identité visuelle et se sentent de plus en plus en confiance.

Analyser ses statistiques pour s’améliorer

La plupart des plateformes d’emailing fournissent pour chaque campagne des statistiques d’ouverture, de clics, de désinscription, etc … Essayez d’utiliser différentes combinaisons d’objet de disposition et de contenu puis de comparer les résultats des campagnes afin de retenir les combinaisons « qui marchent ». Si votre outil propose cette fonctionnalité, l’identification des zones les plus cliquées (zones chaudes) dans le message est très enrichissante.