Comment tester une idée de produit avant de se lancer

Cet article est la retranscription d’un podcast que vous pouvez écouter ici :

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une méthode pour savoir si une idée de produit va marcher sans dépenser plus de 500 euros. 

Le problème quand on a une idée de produit ou de service. Donc, un produit ça peut être quelque chose de physique, ou un service ça peut être également une application en ligne ou un logiciel, un développement de logiciel. Quand on a une idée, entre l’idée et la commercialisation, le chemin peut-être assez long. Il y a toute une partie de conception, il y a toute une partie développement, jusqu’à aboutir à avoir son produit fini et ensuite seulement commence la mise sur le marché, la commercialisation. 

Les entreprises en général, avant cette phase, peuvent faire deux choses. Elles font soit une étude de marché en passant par une entreprise spécialisée, ça a un coût qui est très loin d’être négligeable. Sinon, il y a une bonne partie d’entreprises qui ne font absolument rien. Ça veut dire qu’elles se lancent dans la conception d’un produit, soit parce qu’elles ont détecté chez leurs propres clients déjà existants qu’il y a un besoin, sachant que leurs clients déjà existants, ce n’est pas forcément représentatif de l’ensemble du marché ; soit elles se lancent dans la conception du produit parce que selon leurs propres expériences, elles pensent que ça peut être intéressant. 

Alors le pire c’est que là-dedans, quand on se lance dans un produit, souvent ça demande de l’argent. Quand on se lance dans la conception d’un produit ou d’un service, souvent ça demande de l’argent, et donc il y a des entreprises qui font des crédits, qui font des levées de fonds, qui investissent leurs fonds propres sans forcément savoir à l’avance si ça va marcher. 

Donc quand on voit qu’il y a… J’ai regardé des statistiques avant de faire ce podcast, en général, il y a 25% d’entreprises qui ferment avant leurs deux ans et il y en a jusqu’à 50% qui ferment avant leurs cinq ans. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elles n’ont pas forcément vérifié si leurs idées de produits allaient marcher ou pas, elles n’ont pas vérifié avant de se lancer. 

Le cheminement classique c’est de se lancer dans la production du produit, dans la conception du produit. Ça peut durer une semaine, dans le meilleur des cas ça peut durer un mois ou un an, voire plusieurs années pour les choses très compliquées. 

Une fois que le produit est fini, elles se demandent seulement à ce moment-là comment est-ce qu’on va le vendre. Et du coup, comme parfois ça ne se vend pas tout de suite, parfois eh bien l’idée n’était pas si bonne que ça, et en fait il y a eu tellement de temps et d’argent investis, que les gens s’obstinent. Donc ils s’obstinent pour rentabiliser leurs produits, pour rentabiliser tout ce qu’ils ont investi, et en général ils investissent encore plus de temps et encore plus d’argent dans la publicité, dans le marketing, dans des commerciaux, et on arrive, une fois sur deux au bout de cinq ans, à un échec. 

En fait, on pourrait réfléchir au problème autrement. Le vrai problème avant de commencer à faire un produit, ce serait de savoir si ça intéresse les gens, ce serait de savoir si les gens sont prêts à payer pour acheter votre produit ou pour souscrire à votre service. Ce serait de savoir si votre produit peut être rentable, et ce serait aussi de savoir à l’avance quel serait le coup d’acquisition d’un prospect ou d’un client. Ça veut dire combien est-ce qu’il faudrait dépenser, quelle énergie ou quel argent il faudrait dépenser pour acquérir un nouveau client. 

Il y a une solution toute simple pour faire ça, c’est de se lancer dans un faux site, dans la conception d’un faux-site ou d’une fausse page Facebook. Donc voilà, un faux-site, ça peut-être un site de présentation de votre produit ou de votre service, comme s’il était fini, c’est-à-dire que vous parlez de votre produit exactement comme s’il était fini, si vous pouviez déjà le vendre. Donc quand c’est en B-to-C ou quand c’est des tous petits produits ou des tous petits services, ça peut être aussi une page Facebook. Et voilà, et vous allez faire comme si c’était fini, comme s’il était prêt, comme si les gens pouvaient l’acheter ou pouvaient se renseigner. Donc suivant votre méthode de vente, suivant la méthode de vente que vous prévoyez, vous pouvez essayer soit de générer des leads, donc de générer des contacts qui sont intéressés, ça veut dire demander aux gens de remplir un formulaire pour être recontacté par un commercial. Soit, si c’est un produit qui s’achète tout de suite, si c’est un produit qui a un panier moyen relativement bas et qui pourrait s’acheter tout de suite (donc un produit ou un service), eh bien vous pouvez faire tout simplement faire un faux panier. Voilà, un faux panier comme si les gens allaient acheter et juste avant la commande, juste avant le paiement, indiquez tout simplement qu’il y a eu un problème, vous vous excusez, vous dites que vous êtes désolé mais que pour l’instant ils ne peuvent pas aller plus loin. 

Donc pour faire ce type de site, donc une page Facebook ça demande quelques dizaines de minutes ou quelques heures de travail. Un faux site, il n’y a pas besoin de faire un site en dépensant un argent mirobolant, ça peut être un site sous X, ou ça peut être un site fait avec un CMS, donc un Système de gestion de contenus gratuits comme WordPress. Il faut juste qu’il y ait une partie e-commerce si vous prévoyez de faire de la vente en ligne. Donc vous pouvez le faire tout simplement en passant quelques heures à faire votre site et à faire exactement comme si votre produit était déjà disponible. 

Ensuite, une fois que ce site est prêt ou que cette page Facebook est prête, vous allez générer du trafic. Donc pour générer du trafic, il y a différents leviers, je vous invite à vous abonner à mon podcast pour avoir les prochains épisodes et puis pour voir également les anciens où on parle souvent d’acquisition de trafic, d’acquisition de prospect, ou en tout cas de promotion de marketing autour d’un site ou de réseaux sociaux, autour du B-to-B. 

Donc vous allez générer du trafic sur cette landing page, sur cette page d’arrivée, sur cette page Facebook ou ce site, avec les leviers classiques que vous auriez utilisé. Donc ça peut être LinkedIn, ça peut être de la publicité Google AdWords, ça peut être de la publicité Facebook, ça peut être un petit peu d’emailing. Donc c’est là que vous allez dépenser votre budget, donc vais parler de 500 euros. 500 euros ça permet déjà de faire pas mal de petites campagnes en dépensant 50 euros à chaque fois, de tester plusieurs approches. Ça va déjà vous donner une idée de ce qui peut intéresser les gens. Et quand vous allez arriver au bout de votre budget, vous allez pouvoir faire un bilan. Vous allez pouvoir calculer soit combien de faux-clients vous avez eu et éventuellement avoir leur panier moyen ; soit pouvoir calculer combien vous avez eu de faux-prospects, ça veut dire de gens qui se sont intéressés, qui sont allés jusqu’à remplir un formulaire pour être recontacté par un commercial. En général, ce sont des gens qui sont quand même relativement intéressés. 

Alors bien entendu, deux choses. Il faut déjà s’excuser, il faut mettre quelque chose sur les pages de confirmation pour dire que le produit n’est pas prêt mais que ça ne va pas tarder et que vous allez les recontacter. Et d’autre part, ce ne sont pas forcément des gens qui seraient allés jusqu’au bout de la démarche, ils n’auraient pas forcément payé, il y a toujours un taux de déperdition à prévoir. Et pareil, si c’est juste des leads, si ce sont juste des gens qui ont rempli un formulaire, le commercial qui les aurait rappelé n’aurait pas forcément vendu à 100% de ces gens-là. 

Mais en tout cas vous allez pouvoir vous faire une idée très précise de la difficulté que vous allez avoir ou de la facilité, bien entendu, que vous allez avoir pour générer des contacts, pour générer des clients et vous allez pouvoir mettre un coup en face. Ça veut dire, vous allez savoir avant d’avoir commencé à produire votre produit ou votre service, vous allez savoir combien à peu près ça va vous coûter pour avoir un prospect qualifié ou un client. 

Et à partir de là, vous allez pouvoir faire vos calculs et savoir si ça vaut le coup de se lancer dans l’aventure ou pas. Et si ça ne vaut pas le coup, eh bien vous allez pouvoir compléter l’idée, adapter l’idée, améliorer l’idée pour essayer d’en faire quelque chose de rentable. Et vous allez pouvoir recommencer à optimiser le processus jusqu’à trouver l’idée qui va être sûre à 100%. Enfin, ce n’est jamais à 100% mais jusqu’à trouver une idée qui potentiellement va être beaucoup plus rentable que ce que vous auriez fait si vous avez commencé tout de suite. 

Je vous remercie de m’avoir écouté jusqu’au bout, je vous invite à vous abonner à ma chaîne Youtube si vous m’écoutez sur Youtube ou à mon Podcast si vous m’écoutez, et je vous dis à bientôt dans un prochain épisode.